← Revenir au sommaire du Magazine

[ Portrait de Designer ] Marion Chatel Chaix, designer culinaire

 

 

 

Créatrice indépendante et déterminée, Marion nous raconte son parcours et nous dit tout de son métier encore peu connu !



Titre de l'article Marion Chatel-Chaix travaille en tant que styliste pendant treize ans. En parallèle, elle garde un fort intérêt pour le monde culinaire et se fascine pour les associations de matières, de textures et de saveurs. En 2013, elle se forme à l’ESAD (Ecole Supérieure d’Art et de Design) de Reims pour une année de recherche en design culinaire avec comme intervenant plusieurs pionniers du domaine, tels que Marc Bretillot. Marion bascule petit à petit vers ce nouveau métier, tout en jonglant avec des projets dans la mode. Une année chargée mais riche en apprentissage pour devenir Designer Culinaire à temps plein !

Pouvez-vous me donner votre définition du « Design Culinaire » ?

Pendant longtemps, j’expliquais que le design culinaire était de faire en sorte que manger devienne une expérience avec un contexte et un sens autour de celle-ci. Maintenant je me positionne comme un designer travaillant autour de l’assiette. J’interviens sur tous les à-côtés (packaging, carte, art de la table, lumière, musique), mais surtout pas sur ce qu’il se passe dans l’assiette, pour ne pas empiéter sur le travail du chef avec qui je collabore. J’ai choisi de ne pas passer par une formation en cuisine pour rester complémentaire et garder mon approche de designer. Chaque projet se réfléchit au cas par cas, car il est possible de tirer sur des ficelles différentes à chaque fois. Manger ne suffit plus, il faut donc créer tout un environnement pour renforcer l’expérience culinaire.

Comment est né le Studio Exquisite ?

Après mon année de recherche à Reims, j’ai monté le studio avec une amie rencontrée cette année-là. Nous nous sommes testées sur pas mal de choses car le design culinaire est un nouveau métier, et je pense qu’à ce moment, même nous, nous cherchions notre voie dans ce domaine. Nous avons fait de l’évenementiel, nous avons voulu monter un laboratoire de recherche de matières culinaires pour inspirer les chefs. Nous avons voulu monter le premier magazine de design culinaire, et je pense que c’est ce qui nous a fait imploser en vol, car c’était un projet qui demandait beaucoup de temps et d’investissement pour peu de retour financier, c’était compliqué à gérer en terme de business model (rires). Nous avons décidé de nous séparer, car elle était plus portée sur la fabrication, l’expérimentation, et moi sur la réflexion.

Qu’avez-vous fait une fois en solo ?

Je me suis recentrée sur ce que je voulais vraiment, c’est-à-dire réfléchir à des concepts, donner du sens et des outils aux chefs pour qu’ils puissent s’inspirer, notamment avec les cahiers d’inspiration qui est une des activités du studio. C’est aussi selon moi un transfert de compétences de la mode au monde culinaire, car dans ce milieu c’est très courant de travailler avec des cahiers de tendances pour créer des collections. J’ai donc voulu l’adapter pour les chefs. Mes cahiers sont plus portés sur l’inspiration que sur la tendance, pour qu’ils puissent y jeter un oeil entre deux coups de feu, provoquer la réflexion sur de nouvelles choses et nourrir l’esprit. L’idée est d’avoir des clés en main permettant de gagner du temps sur l’inspiration, et associer les images pour aider à créer. Une autre des activités du studio est le conseil. Les cahiers sont une bonne introduction à ce que je peux apporter. Ensuite au fil des discussions la demande se précise et nous voyons ensemble sur quel sujet je peux intervenir.

En plus de ce studio, vous avez également lancé des podcast « chefs d’oeuvre », pouvez-vous nous en dire plus ?

Les podcasts ne sont pas directement orientés vers le design culinaire, ils sont plus tournés vers la création dans le monde culinaire. J’interroge les chefs sur leurs manières de gérer cette création, car ils sont tous autodidactes sur ce sujet. Contrairement aux designers ou artistes, ils n’ont pas reçu de formation là-dessus et n’ont donc pas une méthodologie dédiée à la création. Ils ont leur propre chemin de réflexion et je voulais mettre ça en avant.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui comme vous, veulent se lancer dans le design culinaire ?

Il faut être persévérant, très travailleur et motivé. Comme tous les métiers créatifs, on dit souvent qu’il n’y a pas de débouché, mais il y en a pleins qui arrivent à en vivre. Il faut être passionné c’est sûr et de toutes façons c’est un métier que personne ne comprend (rires). Il faut toujours expliquer ce que l’on fait, dire qu’on est pas la pour dessiner des casseroles (rires). C’est un métier tout neuf qui inclue pas mal de pédagogie.

Qu’attendez vous comme évolutions autour de ce métier si nouveau ?

Je n’ai pas vraiment d’attentes concernant le métier, mais plus envers les gens en général, et surtout les gens qui en ont besoin. Je pense qu’il y a un très grand nombre d’aspects qui nécessiteraient l’intervention d’un designer culinaire, il faut que les chefs acceptent qu’ils puissent avoir besoin d’aide. Dans la mode, ce n’était pas que Karl Lagerfeld qui créait tout de A à Z sur une collection. Il s’entourait d’une équipe qui avait chacun une spécialité, l’un va penser les chaussures, l’autre les accessoires à placer dans les cheveux… Et ensemble ils créaient la collection et participaient à l’expérience. Un designer a sa place pour faire le lien entre la cuisine et la salle. On l’associe beaucoup en cuisine au dressage car on pense qu’il s’agit avant tout d’esthétisme, mais il y a beaucoup à faire autour du plat, et en salle également.

Partons du côté de Paris. Quels sont les lieux qui vous inspirent dans la capitale ?

Je fais évidemment beaucoup d’expositions, mais je perds aussi beaucoup de temps dans les librairies d’art (rires). Je dis toujours que je fonctionne comme une éponge, j’absorbe un tas d’informations, de références, mais elles peuvent ressortir sous forme d’idées 3 ans après selon le contexte.

Pouvez-vous me raconter quelques expériences culinaires marquantes ?

Je me souviens du vacherin du Chef Maxime Frédéric au George V (Paris 8), qui est un dessert impressionnant de par son esthétisme et ses saveurs, mais aussi car je l’ai mangé sur un coin du marbre dans les cuisines. C’était hors contexte de la salle du palace et ça a contribué à rendre l’expérience marquante.

Je trouve également très intéressant de voir comment François Daubinet arrive à faire bouger les lignes de la pâtisserie d'une grande maison - Fauchon -, avec toutes les contraintes qu'elle implique à priori, en production et en marketing. Comme quoi, rien n'est impossible : mettre des légumes dans les pâtisseries, développer une gamme cohérente qui colle à sa personnalité, ou encore imaginer et développer des produits fous comme sa bûche de Noël Incandescence en 2019 qui était vraiment un superbe concept.

Dans quels domaines voudriez-vous que le design culinaire soit plus présent ?

Selon moi, le designer culinaire a sa place au sein des concours aux côtés des chefs, comme les Bocuse d’Or par exemple. J’ai fait partie de l’équipe du lauréat Davy Tissot, en pensant différemment ses menus pour annoncer ses plats. Les résultats ont été extrêmement serrés, et c’est là que l’on voit qu’il y a un bénéfice à inclure un designer à son équipe. Ce serait bien aussi de voir le design culinaire dans les émissions de TV telles que Top Chef pour le démocratiser. Dans cette saison on a eu un petit aperçu grâce à une des épreuves avec le chef 2 étoiles Gaggan Anand et le chef 3 étoiles David Muñoz, pour revisiter la manière de déguster un plat. Les candidats étaient un peu déboussolés au début car il faut réfléchir autrement, et c’est une des choses que le design culinaire peut apporter à la cuisine traditionnelle.

Une dernière question folle pour conclure l’interview : si vous deviez changer de vie avec une personne pendant 24h, qui choisiriez-vous ?

Je dirais Paul Pairet. Maintenant tout le monde le connaît en France grâce à Top Chef, mais sa vision de la cuisine me fascine depuis bien longtemps et j'aimerais beaucoup voir comment il travaille de plus près. Malgré le fait qu'il soit Français il a réussi à s'émanciper totalement du modèle de restaurant et du chef traditionnels pour proposer des expériences totales, qui impliquent tous les sens dans son restaurant de Shanghaï. J'aimerai savoir ce qu’il se passe dans sa tête en direct.

Il aurait pu être un de mes premiers invités sur le podcast entre deux aller-retours en France pour les tournages de Top Chef... mais avec le COVID qui avait commencé en Chine avant chez nous ça a été compliqué. Je ne désespère pas de l'avoir sur la saison 2 !
J'ai encore tellement de grands noms que je rêve d'interviewer ! La saison 2 sera aussi orientée sur une mise en avant de talents plus "émergeants" mais dont le travail créatif est tout aussi remarquable.

Retrouvez l’univers de Marion Chatel-Chaix sur son site : studio-exquisite.com
Pour écouter les podcasts « Chefs d’Oeuvre », rendez-vous sur le site : chefs-oeuvre.com

En savoir plus


Derniers articles publiés sur Newtable.com


Suggérer un restaurant

Pour communiquer sur l'ouverture de votre restaurant ou sur votre marque, contactez-nous par mail à l'adresse suivante : contact@newtable .com ou par téléphone : 01 84 25 97 55.

Inscrire/suggérer un restaurant

Recevoir nos trouvailles dans votre boîte aux lettres

Soyez les premiers au courant des derniers restaurants parisiens et des "hot news" culinaires à ne pas rater !

S'inscrire à la Newsletter !