← Revenir au sommaire du Magazine

[ Portrait d'entrepreneur ] Olivier Bon, Experimental Group

 

 

 

Cette semaine, Newtable part à la découverte de l'Experimental Group et l'un de ses fondateurs : Olivier Bon. Nous parlons cocktail, restauration et hôtellerie à Paris, mais pas que !



Titre de l'article Olivier Bon, jeune entrepreneur, originaire de Montpellier, co-fonde l’Experimental Group avec ses deux copains : Romée de Goriainoff et Pierre-Charles Cros. Après plusieurs voyages, ils décident d’implanter le phénomène des bars à cocktail à Paris en 2006 avec l’Experimental Cocktail Club (Paris 2) : un premier lieu où le savoir-faire acquis pendant un an de recherche se concrétise, et donne naissance à l’ADN de l’Experimental Group. Les rebelles du métier veulent se défaire des codes classiques du bar pour aller vers une approche plus détendue et originale, à une époque où des mesures rigoureuses sont prises par le gouvernement contre l’alcool au volant.
Ils entament une guerre contre les « cocktails hasardeux » avec des recettes précises de cocktails savoureux et deviennent en l’espace de quatre ans la nouvelle vague du bar à cocktails français.

Après vos débuts à Paris, comment avez-vous fait évoluer l'aventure de l’Experimental Group ?

Pendant près de quatre années à Paris, nous avons été très portés sur le cocktail, jusqu’à notre ouverture à Londres en 2010 qui a été la consécration (Experimental Cocktail Club Chinatown). Nous avons été attendus au tournant pour cette nouvelle ouverture, et ça s’est très bien passé. Il y a encore de l'attente tous les soirs devant le bar depuis 8 ans. Nos différents lieux sont devenus peu à peu des institutions, où les barmans viennent se former et mettent tout leur coeur dans leurs cocktails. Il n’y a donc jamais de baisse de qualité.
Après quelques temps, nous voulions varier les plaisirs et nous impliquer dans d’autres projets qui nous passionnaient en dehors du cocktail. Nous nous sommes diversifiés dans les bars à vin, l’hôtellerie et la restauration à partir de 2013. Nous avons repris les codes de notre identité : un lieu cosy au design soigné et une ambiance marquée. Nous avons adapté nos offres pour que les "bandes de potes de 20 ans" comme les "avocats de 50 ans" puissent se faire plaisir dans un même lieu. Du Steakhouse au Beach Club, nous avons expérimenté énormément de choses, parfois sur une intuition ou parce que l’on flashait sur un lieu qui avait beaucoup de potentiel.

Être entrepreneur il y a dix ans ?

Compliqué ! A cette époque, ce n’était pas « cool » d’être entrepreneur. La plupart des étudiants sortis d'écoles voulaient être fonctionnaires. Quand on allait voir les banques ou la chambre de commerce, le fait d'être entrepreneur compliquait les choses. On ne pouvait pas lever des fonds comme aujourd'hui avant de lancer un projet. On achetait donc un fonds de commerce que l’on remboursait sur dix ans et on se débrouillait ! C’était difficile de trouver de la trésorerie, de se déployer à l’étranger et de prendre des risques, d'autant que les métiers du "secteur de la nuit" étaient méconnus. En outre, ce n’était pas très bien vu de sortir des codes de l’entreprise familiale avec un restaurant dont on est le chef, repris de père en fils. Aujourd’hui nous sommes sortis de cette tendance et tout s'est presque inversé : un menu créé par un grand chef célèbre s'avère gage de qualité. Il y a énormément de nouveaux établissements qui inondent le marché et nos feeds Instagram (rires). De notre côté : on a réussi à faire de notre marque une sorte de « label » qui rassure les voyageurs. Partout où ils vont, ils ont une expérience différente mais avec la même qualité.

Comment se déroule une semaine pour l’Experimental Group ?

En fonction de la période, on voyage environ une fois par semaine pour voir ce qui se passe dans les autres pays, faire un tour de nos établissements, participer à quelques réunions ou prospecter de nouveaux lieux. On passe aussi du temps à se déplacer pour voir nos équipes et faire des points sur la communication, l'événementiel etc. On passe notre semaine à prendre des décisions ! Bien sûr on visite nos établissements et on prend régulièrement nos repas sur place car c’est important de rester proches de nos équipes, même si on est 600 aujourd'hui. Il y a également une partie "moins drôle" qui concerne les rendez-vous avec les banques, la gestion des prévisionnels, les budgets, le développement… Mais qui fait partie de l’aventure ! C’est un travail absolument palpitant car il se passe quelque chose tous les jours et il faut donc quotidiennement se remettre en question.

De tous vos établissements, quel est votre préféré ?

Je les aime tous mais je dirais qu’il y en a deux : L’Experimental à Londres (ECC Chinetown) car le fait de s'exporter à l’étranger s'est avéré une étape très importante. Et l’aventure du Grand Pigalle Hôtel (Paris 9ème) car il s'agissait d'un nouveau type de métier et cet établissement a été notre carte de visite pour développer notre projet hôtelier par la suite.

Quelles est votre prochaine destination pour l’Experimental Group ?

Avant la crise sanitaire, nous travaillions sur un projet d’hôtel en banlieue parisienne. À l’étranger, nous n’avons pas encore défini exactement la localisation... mais nous ciblons les grandes villes européennes, notamment l'Espagne car c’est un pays qui nous plaît beaucoup !

Est-ce facile de monter un business entre amis ?

Au début il est compliqué de s’entendre pour prendre les décisions qui s’imposent. On se prenait la tête régulièrement pour des sujets qui nous paraissent maintenant sans importance. Au fur et à mesure, on prend du recul et on devient beaucoup plus forts et soudés face à des situations difficiles comme la crise actuelle. Aujourd'hui on est heureux de pouvoir s’appeler pour gérer les choses ensemble.

Qu’est-ce que les années vous ont appris sur ce métier ?

À 20 ans je refusais d’écouter les personnes plus âgées qui avaient de l’expérience dans le milieu car je voulais partir d’une page blanche. Aujourd'hui, le problème est que j'ai le sentiment d'être devenu ces mêmes personnes que l’on refuse d’écouter (rires). Avec le temps et l’expérience, on apprend à réfléchir, on prend un peu moins de risques avant de se lancer et on est moins impulsifs.

Quel conseil pourriez-vous donner aux jeunes qui veulent se lancer dans la même aventure que vous ?

De continuer à ne pas écouter les vieux (rires) ! Je leur dis aussi qu’avoir un budget est le pire ennemi de la créativité. Il faut se lancer sans penser directement aux conséquences car cela peut s'avérer un gros frein. Souvent, on se fait une idée trop précise d’un projet or c’est rare que tout se déroule comme prévu. Rester créatif est essentiel pour pouvoir rebondir et improviser !

Comment envisagez-vous la fin de la crise sanitaire actuelle ?

C’est très difficile de faire des prévisions. Nous savons que la sortie de crise va être compliquée pour le secteur... mais pour le reste, nous verrons. Je reste persuadé que - contrairement à ce qui se dit - tout le monde va reprendre très vite ses anciennes habitudes. Les secteurs du voyage, de l'hôtellerie et de la restauration reprendront car c'est ce que les gens aiment faire. Une partie de la population sera probablement plus méfiante, mais je croise les doigts pour que tout reparte peu à peu.

Quand nous pourrons à nouveau profiter pleinement des restaurants et hôtels parisiens, nous serons ravis de suivre vos conseils. Quels lieux de l’Expérimental Group faut-il choisir pour…

… Un dîner romantique ?
Grands Boulevards Bistro (Paris 2)
… Une soirée entre amis ? Balagan (Paris 1)
… Un rendez-vous professionnel ? La Compagnie des Vins Surnaturels (Paris 6)

Quel est votre coin de Paris préféré pour une promenade ?

J’adore me promener sur les ponts de Paris la nuit afin de voir tous les immeubles et monuments illuminés.

Quelques questions rapides pour conclure l’interview :
Une envie sucrée ?
Les Merveilleux de Fred
Un livre de chevet ? Siddhartha, de Hermann Hesse. Un classique sur la remise en question.
Une personne qui vous inspire ? André Balazs, un grand hôtelier ayant racheté le Chateau Marmont à Hollywood, lancé le Mercer à New York ou encore la Chiltern Firehouse à Londres
Une philosophie ? « Relax, si tu prends une mauvaise décision, peut-être qu’elle s’avérera être la bonne pour plus tard »
Une destination ? Ibiza

Découvrez toutes les adresses de l'Experimental Group sur leur site : experimentalgroup.com
Merci à l'agence 14 Septembre pour ce beau portrait !

Experimental Cocktail Club - 37 Rue Saint-Sauveur, 75002 Paris
Balagan - 9 Rue d'Alger, 75001 Paris
Le Grand Pigalle Hôtel - 29 Rue Victor Massé, 75009 Paris
La Compagnie des Vins Surnaturels - 7 Rue Lobineau, 75006 Paris
Experimental Cocktail Club Chinatown - 13a Gerrard St, West End, London W1D 5PS, Royaume-Uni
Experimental Beach - Playa des Codolar Salinas, s/n, 07817 Ibiza, Balearic Islands, Espagne







Restaurants liés à l'article

Balagan (75001) Testé par Newtable le 12/06/2017 (Carmen)

Le joyeux bordel israélite signé l'Experimental Club

Derniers articles publiés sur Newtable.com


Suggérer un restaurant

Pour communiquer sur l'ouverture de votre restaurant ou sur votre marque, contactez-nous par mail à l'adresse suivante : contact@newtable .com ou par téléphone : 01 84 25 97 55.

Inscrire/suggérer un restaurant

Recevoir nos trouvailles dans votre boîte aux lettres

Soyez les premiers au courant des derniers restaurants parisiens et des "hot news" culinaires à ne pas rater !

S'inscrire à la Newsletter !